Home / Health & Wellness / National Nutrition Program Senate Motion / [Communiqué] Motion pour un programme national de nutrition

National Nutrition Program Senate Motion / [Communiqué] Motion pour un programme national de nutrition

MEDIA RELEASE: Senator Art Eggleton tables motion calling on Federal Government to launch a National Nutrition Program for Children and Youth

June 15, 2018 (OTTAWA) – The Coalition for Healthy School Food issued the following statement in support of Senate Motion no. 358, which was introduced late yesterday afternoon:

Senator Art Eggleton’s motion will enrich an important national conversation about children’s health. Specifically, this motion will help focus the Government’s attention on the unanimous  2015 recommendation of the Standing Committee on Social Affairs Science and Technology (#17) that the Minister of Health “Advocate for childcare facility and school programs related to breakfast and lunch programs…and nutrition literacy courses.” A 1997 recommendation made by the House of Commons Standing Committee on Finance  “to create a national school nutrition program” was never followed-up.

Senate motion no. 358 proposes:

“That the Senate urge the government to initiate consultations with the provinces, territories, Indigenous people, and other interested groups to develop an adequately funded national cost-shared universal nutrition program with the goal of ensuring healthy children and youth who, to that end, are educated in issues relating to nutrition and provided with a nutritious meal daily in a program with appropriate safeguards to ensure the independent oversight of food procurement, nutrition standards, and governance”

The 40-group Coalition for Healthy School Food has been stepping up calls for a national school food program, that would enable schools to support healthier eating, since its founding in 2013. The Coalition has been working with Senator Eggleton, a long-standing supporter of nutritious school food programs, to see this motion introduced.

Studies show that school food programs can contribute to reducing the risk of cardiovascular events and chronic disease such as stroke, heart disease, Type 2 diabetes, and certain types of cancer by increasing students’ intake of vegetables and other healthy foods. Most school systems in Canada, however, lack the funding and infrastructure to support healthy meals and many schools are places where students can still regularly buy food with little to no nutritional value.  Our current system contributes to illness that all three levels of government spend hundreds of billions of dollars to treat and prevent every year. “Public institutions that serve the educational needs of children and youth need public investments to create health-promoting environments. Installing strong conflict of interest safeguards to, for instance, prevent food companies from influencing nutrition standards or procurement rules is the key to a successful program,” said Bill Jeffery of the Centre for Health Science and Law, publisher of Food for Life Report.

I’m delighted to see the leaders of this country recognize the federal government’s role in supporting child health and learning with the introduction of Motion no. 358. Universal, healthy school food programs help to level the playing field ensuring all students have access to nutritious food, which in turn supports their learning. Raising children to be healthy productive citizens of the future is in all our best interests,” said Margo Riebe-Butt, Executive Director of Nourish Nova Scotia.

Some provinces are taking a lead on this issue. The Alberta government has committed to a substantial investment of $16 million this academic year and long time Ontario Minister of Finance Charles Sousa has spoken glowingly about his province’s $32 million investment in school meals at a  federal-provincial meeting of finance ministers. Until three years ago, the federal government had not made any investments in school food. We hope that recent federal interest, including Senator Eggleton’s motion, will lead towards a sustained federal investment that will improve health, educational, and behavioural outcomes of Canadian children and youth.

Studies show that only one-third of our students eat enough fruits and vegetables, one-third of primary students and two-thirds of secondary students go to school without a nutritious breakfast, and one-quarter of calories consumed by children are from foods not recommended in Canada’s Food Guide,” said Coalition Coordinator Carolyn Webb. “Young people that participate in healthy school food programs show a higher intake of fruits and vegetables, increased physical and mental health, and better educational outcomes,” she added.

Publicly funded school meals are the norm internationally and they are gaining traction in Canada. Finland, Brazil, South Africa, India, New York City, Houston, Los Angeles, the United Kingdom, and dozens of other jurisdictions run comprehensive school meal programs. The U.N. World Food Program reports that, once low income countries reach incomes of $10 per capita per day and no longer receive official development assistance, they fund school meal programs out of their own budgets. Every March, 300,000 Canadian school children, school meal program volunteers, parents, educators, health advocates and policy-maker publicly celebrate school food programs by simultaneously biting into apples and carrots at “Great Big Crunch” events held in communities across the country.

According to the Global Burden of Disease project, the 48,000 Canadian deaths attributed to poor nutrition in 2016 rivals the number of deaths caused by tobacco and alcohol combined. If public support for better nourished Canadians starts with school children, they can help influence the purchasing and eating behaviours of the whole family, bringing lessons learned in school to home life.

We sincerely hope that all Senators support this important effort towards the health of Canadian children and youth.

The audio recording of Senator Eggleton’s full presentation to the Senate can beaccessed online (at time point 16:42:14). Debate about this motion will take place during the next sitting of the Senate.

 For more information, contact:

Bill Jeffery, billjeffery@healthscienceandlaw.ca, 613-565-2140

Margo Riebe-Butt, margo.riebe-butt@nourishns.ca, 902-456-1771

Carolyn Webb, Coordinator, Coalition for Healthy School Food, schoolfood@foodsecurecanada.org, 613-852-7709

 For additional media contacts, click here.

The Coalition for Healthy School Food, coordinated by Food Secure Canada, is a group of over 40 organizations from across Canada advocating for a national school food program. It seeks an investment by the federal government in a cost-shared Universal Healthy School Food Program that will enable all students in Canada to have access to healthy meals at school every day. Building on existing programs across the country, all schools will eventually serve a healthy meal or snack at little or no cost to students.

Communiqué de presse : Le sénateur Art Eggleton dépose une motion appelant le gouvernement fédéral à lancer un programme national de nutrition pour les enfants et les jeunes.

Ottawa, 15 juin, 2018 – La Coalition pour une saine alimentation scolaire a publié la déclaration suivante en appui à la motion no. 358 du Sénat, qui vient d’être présentée:

La motion du sénateur Art Eggleton vient enrichir le débat national sur la santé des enfants. Plus précisément, cette motion permettra d’attirer l’attention du gouvernement sur la recommandation faite en 2015 par le Comité permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie (#17) qui stipule que le ministre de la santé devrait « Plaider en faveur de programmes liés aux déjeuners et dîners au sein des garderies et des écoles … et de cours de littératie alimentaire. » Une recommandation émise en 1997 par le Comité permanent des finances de la chambre des communes de « créer un programme national de nutrition dans les écoles » n’a jamais fait l’objet d’un suivi.

Cette motion propose :

” Que le Sénat encourage le gouvernement à entamer des consultations auprès des provinces, des territoires, des peuples autochtones et d’autres groupes intéressés afin d’élaborer un programme national et universel de nutrition adéquatement financé et à frais partagés, qui vise à garder les enfants et les jeunes en santé en leur enseignant des principes de nutrition et en leur fournissant un repas nutritif quotidiennement dans le cadre d’un programme assorti de mécanismes adéquats pour assurer une supervision indépendante de l’approvisionnement alimentaire, le respect des normes nutritionnelles et la gouvernance.”

Depuis sa fondation en 2013, la Coalition pour une saine alimentation scolaire, formée de 40 groupes, n’a cessé de revendiquer la création d’un programme national d’alimentation scolaire qui permettrait aux écoles de promouvoir une saine alimentation. La Coalition a travaillé conjointement avec le sénateur Eggleton, un partisan de longue date des programmes d’alimentation scolaire nutritifs, afin que cette motion soit présentée.

Des études démontrent que les programmes alimentaires scolaires peuvent contribuer à réduire les risques d’accidents cardiovasculaires et de maladies chroniques, telles que les accidents vasculaires cérébraux, les maladies cardiaques, le diabète de type 2 et certains types de cancer, en augmentant la consommation de légumes et autres aliments sains chez les élèves. Cependant, la plupart des systèmes scolaires au Canada manquent de financement et d’infrastructures nécessaires pour offrir des repas sains et de nombreuses écoles demeurent proches d’endroits où les élèves peuvent régulièrement acheter des repas détenant peu ou pas de valeur nutritive. Notre système actuel contribue à la propagation de maladies pour lesquelles les trois paliers du gouvernement dépensent chaque année des centaines de milliards de dollars en traitement et prévention. « Les institutions publiques qui répondent aux besoins éducatifs des enfants et des jeunes ont besoin d’investissements publics pour créer des environnements favorables à la santé. Instaurer de solides mesures de protection des conflits d’intérêts pour, en l’occurrence, empêcher les entreprises alimentaires d’influencer les normes nutritionnelles ou les règles d’approvisionnement reste la clé d’un programme réussi» a déclaré Bill Jeffery du Centre for Health Science and Law, éditeur de la publication Food for Life Report.

Margo Riebe-Butt, directrice générale de Nourish Nova Scotia affirme : « Je suis ravie de voir les dirigeants de ce pays reconnaître le rôle du gouvernement fédéral dans le soutien de la santé et l’apprentissage des enfants à travers l’introduction de la motion no. 358. Les programmes universels d’alimentation saine dans les écoles contribuent à uniformiser les règles afin que tous les élèves aient accès à des aliments nutritifs, ce qui, en contrepartie, favorise leur apprentissage. Éduquer les enfants pour qu’ils deviennent des citoyens productifs et en bonne santé dans l’avenir est dans l’intérêt de tous. »

Certaines provinces prennent des initiatives dans ce dossier. Cette année académique, le gouvernement de l’Alberta s’est engagé à investir 16 millions de dollars, et le ministre de longue date des finances de l’Ontario, Charles Sousa, a vanté les 32 millions de dollars investis par sa province dans les repas scolaires au cours d’une réunion fédérale-provinciale des ministres des finances. Il y a trois ans de cela, le gouvernement fédéral a investi pour la première fois dans l’alimentation scolaire. Nous espérons que cet intérêt récemment manifesté par le fédéral, y compris la motion du sénateur Eggleton, mènera à un investissement fédéral durable qui permettra d’améliorer les résultats en matière de santé, d’éducation, et de comportements alimentaires des enfants et jeunes canadiens.

Selon la coordonnatrice de la coalition, Carolyn Webb, « Les études démontrent que seulement un tiers de nos élèves mangent suffisamment de fruits et légumes, un tiers des élèves du primaire et deux tiers des élèves du secondaire vont à l’école sans un déjeuner nutritif, et le quart des calories consommées par les enfants proviennent d’aliments qui ne sont pas recommandés par le guide alimentaire canadien. » Elle a également ajouté que « Les jeunes qui prennent part à un programme alimentaire scolaire rapportent une consommation plus élevée de fruits et de légumes, une meilleure santé physique et mentale, et de meilleurs résultats scolaires. »

Les repas scolaires financés par l’État sont la norme à l’international et ils gagnent du terrain au Canada. La Finlande, le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Inde, New York, Houston, Los Angeles, le Royaume-Uni et des douzaines d’autres juridictions administrent des programmes de repas scolaires complets. Le Programme Alimentaire Mondial de l’ONU rapporte qu’aussitôt que les pays à faible revenu atteignent un revenu de 10 $ par habitant par jour et ne reçoivent plus d’aide publique au développement, ils financent les programmes de repas scolaires à même leurs propres budgets. Chaque mois de mars, 300 000 écoliers canadiens, bénévoles du programme scolaire de repas, parents, éducateurs, défenseurs de la santé et responsables des politiques célèbrent publiquement les programmes d’alimentation scolaire en croquant simultanément des pommes et des carottes lors des événements « La grande Croquée » tenus dans des communautés à travers le pays.

Selon l’étude de l’OMS sur la charge mondiale de la morbidité, les 48 000 décès canadiens attribués à la mauvaise nutrition en 2016 rivalisent avec le nombre de décès causés par le tabac et l’alcool combinés. Si le soutien public pour une meilleure alimentation canadienne débute dans les écoles, il peut grandement contribuer à influencer les comportements d’achat et d’alimentation de toute la famille, menant à l’application des leçons apprises à l’école dans la vie de famille.

Nous espérons sincèrement que tous les sénateurs appuient cet effort important pour la santé des enfants et des jeunes canadiens.

L’enregistrement audio de la présentation du sénateur Eggleton peut être écouté en ligne (à la minute 16:42:14). Le débat de cette motion aura lieu à la prochaine séance du Sénat.

Pour toute demande des médias, veuillez communiquer avec :

Diana Bronson, DG du Réseau pour une alimentation durable,director@foodsecurecanada.org, 514-629-9236

Thibaud Liné, DG de la Cantine pour tous (Québec), direction@lacantinepourtous.org, 514-358-5921

Pour une liste de contacts additionnels, cliquez ici.

Check Also

RCC Retail Cannabis Forum November 19, 2019

Retail Cannabis Forum is back by popular demand with cannabis retailers and industry experts who …